home../../../../home.html
carnet de route../../../../Blog_Nos_articles/Blog_Nos_articles.html
photos../../../../album_photos/album_photos.html
qui sommes-nous../../../../qui_sommes-nous.html
le véhicule../../../../le_vehicule.html
cont@ct../../../../contacts.html
liens../../../../liens.html
 
 

Copyright © Boomeland 2010. Tous droits réservés.

Au bout de deux jours, nous reprenons la route en espérant que la réparation du coupleur-séparateur tienne le coup jusqu’à notre retour. Ici, nous ne trouvons pas ce genre de pièce spécialement destiné aux camping-cars!


Nous retournons à l’intérieur des terres pour visiter le parc national du volcan Rincón de la Vieja (le coin de la vieille) qui se situe à 800 mètres d’altitude, un peu de fraîcheur est la bienvenue. Nous pouvons aussi bivouaquer à l’entrée du parc. Un petit sentier nous emmène à travers une jolie végétation vers des fumerolles et des boues bouillonnantes d’où sortent des vapeurs aux odeurs de souffre. Nous y croisons aussi quelques singes araignées et de magnifiques figuiers étrangleurs.

En route nous sommes surpris par une bonne averse et c’est sous la pluie, tout crotté, que nous finissons la balade.

La saison des pluies nous amène toutes sortes de bestioles dont les moustiques, et le soir venu nous subissons l’attaque incessante de ceux-ci et nous totalisons entre nous quatre pas moins de 400 piqûres, nous en avons partout, sur les bras, les jambes, les mains, les pieds, dans le dos et même sur le visage. Avant de quitter le parc de Rincón de la Vieja je vais quand même montrer mes piqûres au gardien, ce dernier m’informe que se sont des piqûres de tout petits moustiques qui ne transmettent ni la malaria ni la dengue. Bon, ils vont quand même nous donner de fortes démangeaisons pendant plusieurs jours!

Nous retournons au bord du Pacifique. Décidément, nous avons du mal à le quitter celui-là! Nous sommes à Las Baulas, réserve de tortues qui viennent pondre sur la plage. Malheureusement nous ne sommes pas dans la saison de la ponte et les bébés sont déjà sortis du nid. Nous nous consolons dans la piscine en forme de tortue d’un hôtel du coin. Nous y passons une journée fort agréable et y voyons toutes sortes de petites bébêtes.

Nous longeons le bord de l’océan et arrivons à Playa Samara, deuxième coup de coeur pour nous tous. La spécialité ici c’est le surf et de nombreuses écoles y dispensent des cours. Dans la matinée, Adrien et Lilia prennent leur premier cours de surf. Après un rapide briefing par le moniteur et quelques essais, les résultats ne tardent pas à arriver!

Et puis nous passons une bonne partie de nos après-midis dans l’eau. Faut dire que l’eau est à 28° et bien qu’il y aie de belles grosses vagues, la baignade n’y est pas dangereuse! De plus nous avons dégoté un joli camping au bord de mer et un bon petit resto tenu par un italien et une française. Vous l’aurez compris, nous avons beaucoup de mal à quitter ce petit paradis terrestre!

Enfin nous mettons le cap plus au sud à Playa Tambor, grande plage sauvage aux eaux calmes. Entre l’observation des animaux et les balades, nous n’oublions pas les séance d’école. Eh oui, ça bosse, ça bosse...

Avant de retrouver un ami du papa de Philippe qui nous invite chez lui pour un jour ou deux, nous passons une soirée à Playa Panama. C’est l’heure d’une petite baignade pour Adrien, Lilia et Philippe au coucher du soleil.

C’est ici aussi que nous avons failli craquer pour un chiot qui a été abandonné par ses propriétaires, ceux-ci espéraient qu’il se fasse écraser par une voiture! C’est le gardien de la plage qui nous a raconté son histoire et qui aurait bien voulu qu’on l’adopte. Philou nous a ramené à la raison et c’est le coeur triste que nous quittons cet endroit. Les enfants mettront une bonne journée à s’en remettre!

Le lendemain nous nous rendons chez Yves, un ami du papa de Philippe, qui se trouve actuellement à Playa Hermosa en vacances avec sa femme Iris. Vers midi nous les retrouvons pour un BBQ, le bon vin coule à flot et les enfants profitent de la piscine.

Nous remercions Yves et Iris de nous avoir invités et d’avoir bien voulu partager avec nous un peu de leurs temps de vacances.

Le soir le ciel s’enflamme!

Et les enfants sont tout contents de dormir dans un vrai lit et en profitent aussi un peu pour regarder la télé...

Ça y est, nous quittons définitivement la péninsule Nicoya et nous dirigeons vers le sud. En descendant nous nous arrêtons sur le fameux pont aux crocodiles à Tarcolès. Il y a là, en-dessous de nous, pas moins d’une vingtaine de crocodiles qui se prélassent au soleil!

En route nous faisons un petit stop à Mariposa Farm, près de Jacó. On peut y voir de nombreux papillons dont le fameux morpho (papillon aux ailes bleues électriques) et le “hibou”, des grenouilles, des serpents et un singe capucin très joueur que les gardiens ont récupéré. Ils ne peuvent plus le relâcher car il serait incapable de se nourrir tout seul et il aurait aussi beaucoup de mal à s’intégrer dans un groupe.

Puis c’est sous des trombes d’eau que nous arrivons à Jacó. La ville ne nous emballe pas plus que ça, beaucoup de grands hôtels. Juste le temps pour nous d’envoyer les cours du CNED et de se poser pour la nuit.


Plus loin nous trouvons un joli bivouac au bord de mer à Playa Estrellitos Oeste. Malheureusement les vagues sont grosses et n’offrent pas vraiment de possibilités de baignade!

Nous continuons toujours plus au sud et nous débouchons sur Playa Dominical, lieu propice au surf, les vagues sont énormes et le courant très fort. Bien que nous ne pouvons pas nous baigner nous aimons bien l’endroit, ambiance backpackers. Les enfants et Philou en profitent pour construire une jolie cabane avec les matériaux du coin.

Le parc national Manuel Antonio se trouvant pas très loin d’ici, nous décidons de nous y rendre. Nous trouvons à bivouaquer sur le parking de l’entrée. Manuel Antonio est le parc le plus touristique du Costa Rica et comme nous sommes dimanche beaucoup de locaux affluent. Mauvaise pioche pour nous! Nous nous retrouvons par dizaines autour d’un paresseux et sur la plage c’est pas mieux. Mais bon le parc offre de belles balades dans la jungle tropicale lesquelles débouchent sur de magnifiques plages de sable blanc et nous pouvons y voir de nombreux animaux.

Ici, les enfants jouent avec les bernard l’hermite qu’on trouvent par dizaine sur cette plage.

Voilà, nous quittons la côte pacifique pour nous rendre sur la côte caraïbe...