home../../../../home.html
carnet de route../../../Blog_Nos_articles.html
photos../../../../album_photos/album_photos.html
qui sommes-nous../../../../qui_sommes-nous.html
le véhicule../../../../le_vehicule.html
cont@ct../../../../contacts.html
liens../../../../liens.html
 
 

Copyright © Boomeland 2010. Tous droits réservés.

Dimanche 2 janvier, toujours sur les conseils du manager du camping nous prenons la route en direction du village de Teacapan qui se trouve au bord de mer au sud de Mazatlan. Nous y trouvons un petit bivouac très tranquille à côté de l’école. Le soir nous allons mangé un délicieux ceviche, ce sont des crevettes crues marinées dans du jus de citron agrémentées d’oignons et de coriandre, au bord de mer dans un petit tacos du coin. Nous avons aussi droit à un magnifique coucher de soleil.

Nous continuons à longer la côte en direction du sud et arrivons à Mexcaltitlan, petite île perdue au milieu des marécages. La route qui mène à l’embarcadère est assez longue. Nous voyons les voitures d’en face foncer droit sur nous, d’autres zigzaguent, comme nous sommes encore en période de fêtes nous pensons avoir à faire à des bourrachos. Il n’en ai rien, nous allons vite le comprendre: c’est tout simplement la route qui est truffée de nids de poule.  Nous y arrivons finalement à la tombée de la nuit et le gardien nous laisse dormir sur le parking de l’embarcadère.


Le lendemain, nous prenons une petite barque qui nous emmène au village. Nous tombons sur un petit restaurant où l’ambiance est fort sympathique, beaucoup de mexicains sont ici pour y manger du poisson et des crustacés et y boire quelques cervezas aussi! Les serveuses placent un seau à glace près des tables remplies de bières puis comptent celles qui on été bues, ça leur évitent de faire de nombreux aller retour. Nous y passons aussi une partie de l’après-midi à boire  quelques petites cervezas locales. Pendant ce temps les enfants s’amusent avec d’autres gamins. Nous visitons le petit musée et nous baladons le long des ruelles étroites qui proposent de l’artisanat local.

Puis nous reprenons notre petite barque. De retour au Land nous nous faisons attaquer par les mouches des sables et c’est avec des dizaines de piqûres sur les jambes, enfin surtout pour moi, que nous repartons d’ici. Nous voulions aller à San Blas qui se trouvent plus au sud, mais au dire des guides de voyage, il paraît que c’est la capitale des mouches des sables, alors ça sera sans nous. Les piqûres vont nous démanger pendant presque une semaine en nous réveillant parfois au milieu de la nuit avec des crises de grattage.


Malgré cela nous mettons le cap sur Tequila! En arrivant nous sommes tout de suite frappés par la beauté des rues. Nous allons d’ailleurs y passer deux jours. Ici la spécialité c’est la tequila: pas moins de 18 distilleries dans la ville, la plupart propose des visites, notre choix se porte sur La Cofradia. La tequila provient de l’agave bleue. C’est une plante qui met entre 7 et 11 ans avant de donner un fruit. Le fruit, appelé piña, ressemble à un énorme ananas qui est ramassé et cuit dans un four à vapeur pendant 40 heures. Un fois sorti du four on le broie afin de séparer la fibre du jus, ce dernier est mis à fermenter pendant quelques jours puis est distillé deux fois pour finalement obtenir un alcool à 40°, lequel sera mis en bouteille.

Pour info, le terme tequila est une appellation autorisée uniquement dans cinq états du Mexique, la meilleure étant produite à partir de l’agave bleue.


Dans les rues de Tequila.

Le plein de tequila étant fait, nous nous rendons à Jocotepec où nous allons nous arrêter dans un sympathique camping pour quelques jours afin de permettre à Philippe de faire des travaux sur le land. Au programme grosse lessive pour moi, piscine pour les enfants et réparations pour Philippe, nous trouvons aussi le temps de faire quelques parties de billard tous ensemble.


C’est aussi en arrivant au camping que nous nous apercevons que notre pare-brise est fendu, probablement un caillou reçu d’un camion qui roulait devant nous cet après-midi!


Dans la super piscine et le spa du camping...

Philou, heureux de faire les réparations du land! Il nous faut renforcer le capot avec deux belles sangles rouges afin d’éviter que celui-ci ne se déchire notamment dû aux vibrations des nombreux topes présents au Mexique, réparer le coin arrière droit de la cellule car en reculant j’ai attrapé une branche d’arbre et j’ai un peu abîmé notre belle cellule et enfin changer la chambre à air du pneu que nous avions crevé en Basse Californie.

Les réparations terminées, nous reprenons la route et faisons halte à Mazatitlan, petite ville aux allures de chalets suisses perdu dans la montagne dans l’état du Jalisco.

Sur la route en direction de Guanajuato, nous décidons de nous arrêter pour une nuit à Briseñas près d’un centre sportif, petite ville du Michoacan en apparence très tranquille. Il est environ 19h30 et nous sommes entrain de souper, un mexicain frappe à la porte et nous parle directement en anglais, il nous explique qu’il serait mieux de ne pas passer la nuit ici mais plutôt à La Barca dans le parking d’un hôtel qu’il connaît et qui se trouve à 5 km d’ici dans l’état du Jalisco. Comme il fait déjà nuit, il nous propose de nous y conduire, en l’espace de 10 minutes, nous avons tout rangé et sommes près à le suivre. Eusebio, c’est son nom, nous explique qu’actuellement il y a des gangs qui se battent pour avoir le contrôle de la drogue à Briseñas. Comme il a vécu pas mal d’années aux Etats-Unis, on en profite aussi pour lui demander pourquoi les américains ont si peur de venir au Mexique. Une des raisons serait qu’actuellement le gouvernement américain a besoin de liquide et comme beaucoup de riches américains sont venus s’installer au Mexique pour des raisons de fiscalité allégée, le gouvernement profite de l’instabilité du pays pour les apeurer et les faire revenir et décourager ceux qui auraient l’intention d’y mettre les pieds.


Nous avons quand même profité de l’après-midi  pour boire un bon jus d’orange frais.

Pour traverser le Mexique nous avons deux options, soit passer par l’intérieur des terres, plus typique, soit longer la côte pacifique. Au dernier moment nous décidons de passer par l’intérieur des terres et nous ne le regrettons pas. Nous faisons une halte à la magnifique ville de Guanajuato. Cette ville est un dédale de petites rues piétonnes très animées aux maisons colorées. Il y a aussi tout un réseau routier souterrain que nous n’osons pas emprunter avec le land de peur d’y rester bloquer et de s’y perdre aussi. Nous laissons notre véhicule à l’entrée de la ville sur un parking et nous optons pour une visite de la ville en bus. Le bus nous emmène à travers des petites rues étroites, nous fait passer par les routes souterraines et nous arrête de temps en temps pour visiter un musée.


Il nous emmène aussi sur les hauteurs de la ville d’où la vue est superbe...

Nous visitons aussi la casa de tia Aura, cette une maison où il s’y serait passer des choses bizarres et des enfants y auraient été emmurés vivants. Adrien et Lilia sont ressortis morts de trouille. Nous, on s’est bien amusé!

Philou a aussi visité un musée sur l’inquisition, après l’expérience de la casa de tia Aura, je suis restée dehors avec les enfants. Nous voulions vraiment visité le musée de momies mais lorsque nous sommes arrivés à l’entrée, ça fermait! Ici tout tourne autour des squelettes et des têtes de mort. Nous avons vraiment beaucoup apprécié Guanajuarto et elle reste la ville que nous avons le plus aimé jusqu’à présent, Adrien et Lilia vont s’en souvenir encore longtemps...

Nous arrivons maintenant sur notre premier site archéologique, Teotihuacan, site olmèque se trouvant au nord de Mexico City. On se lève tôt afin de profiter du lieu avant l’arrivée des cars de touristes. Nous montons sur la plus haute pyramide, la pyramide du Soleil, puis nous attaquons celle de la Lune et enfin Philippe ira visiter seul celle du Serpent car les enfants sont crevés et moi un peu aussi, je dois dire. Ce site s’étire sur environ 2 km de long et fut l’une des plus plus grandes villes du monde pendant quelques siècles, dépassant même en taille la Rome antique. Beaucoup de pyramides sont encore ensevelies sous une épaisse couche de terre.

Pas très loin de là se trouve une autre très belle ville, San Miguel de Allende. Nous trouvons à bivouaquer à la Fabrica La Aurora, Jesus le gardien nous autorise à y rester le temps qu’on veut. Nous somme contents d’avoir trouver cette adresse car les rues de la ville sont hyper étroites et rendent le stationnement hasardeux.


Les maisons sont très colorées, avec une forte tendance pour le rouge, le jaune, l’orange et l’ocre. Au milieu de la ville se dresse une magnifique cathédrale.

La pyramide du Soleil que l’on peut gravir jusqu’au sommet...

La pyramide de la Lune est accessible seulement jusqu’au premier niveau.

Vue depuis la pyramide de la Lune!

Notre futur maison, Adrien et Lilia choisissent leur chambre, bon faudra rajouter un toit et quelques bricoles...

Il reste encore quelques belles sculptures sur la pyramide du Serpent.

Alors que nous quittons Teotihuacan où nous avons consacré une bonne partie de la journée à visiter ce magnifique site, nous nous dirigeons maintenant vers Oaxaca. La route est longue et nous décidons de nous arrêter à Cholula pour la nuit, la recherche d’un bivouac s’avère périlleux. Nous atteignons Cholula à la tombée de la nuit et nous nous apercevons que nous n’avons plus de phares. Je mets les feux de panne afin que l’on nous distingue quand même sur la route et nous finissons par nous arrêter à la première station service Pemex pour la nuit. Ce n’est pas le meilleur des bivouacs mais ça a l’avantage d’être sûr.


Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour Oaxaca, nous avons l’adresse d’un camping et allons nous y poser deux jours afin de permettre à Philou de réparer les phares. Il s’avère que c’est les contacts du comodo qui sont fichus. Philou, en bon bricoleur, nous répare tout ça et ça remarche. Le lendemain, nous visitons un peu la ville, toujours ces mêmes tons très chauds qui vont du jaune à l’ocre. Nous voulions aussi voir le site Monte Alban qui se situe pas très loin de la ville, mais en arrivant sur la route qui y mène nous tombons sur un barrage, ce sont les employés du site qui manifestent et qui en bloquent l’accès. Dommage, ça sera pour une autre fois.

Au loin nous pouvons apercevoir le smog de la ville de Mexico.

Prochaine destination Hierve el Agua...